Un maréchal à la tête du Tchad ! 

Les députés tchadiens ont voté à la majorité pour décerner le titre de maréchal au chef de l’État Idriss Déby pour « services rendus à la nation ». Une nomination dénoncée par l’opposition pour qui ce titre rappelle de sombres heures de l’histoire africaine.

0 5 485
Un maréchal à la tête du Tchad ! 

La résolution n’était pas inscrite à l’ordre du jour, mais vendredi 26 juin, les députés de la majorité ont élevé le président de la République et général au titre honorifique de maréchal du Tchad. Une initiative spontanée, explique Jean-Bernard Padaré,  porte-parole du MPS,  parti présidentiel : « C’est une élévation consacrée, prévue dans nos textes. Il n’est pas maréchal dans l’armée, ce n’est pas un grade, c’est une dignité par rapport à tout son parcours. »

Mais pour les élus de l’opposition, qui ont quitté la salle au début de la séance, ce titre est anachronique, s’indigne Saleh Kebzabo, chef de file de l’opposition tchadienne. « Quand on entend ce titre de maréchal, ça fait sourire, ça ne fait pas rire. Ce n’est pas au goût du jour ni du temps. Quand vous dites maréchal aujourd’hui en Afrique, on pense à Bokassa, on pense à Idi Amin, on pense à Mobutu, personnage loufoque. Mais malheureusement pour nous, le parti au pouvoir démontre que le Tchad est à ce niveau parce que le président Déby, chef des armées, n’a pas besoin d’un autre titre, fut-il honorifique. »

Cette nomination intervient après l’opération Bohoma lancée contre les djihadistes présents dans le lac Tchad. Un franc succès pour la majorité tandis que l’opposition rappelle que la guerre n’est toujours pas terminée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus