The news is by your side.

Un nouveau cadeau US pour Netanyahu: Feu vert pour les colonies en Cisjordanie !

0 39

Après le coup d’Al-Qods et du Golan, consacrés israéliens par le « Deal du siècle », voilà que les États-Unis décident de ne plus considérer les colonies en Cisjordanie comme contraires au droit international, a annoncé lundi 18 novembre Mike Pompeo, chef de la diplomatie américaine.

« Après avoir examiné soigneusement tous les arguments de ce débat juridique », l’administration de Donald Trump conclut que « l’établissement de colonies de civils israéliens en Cisjordanie n’est pas en soi contraire au droit international », a dit le secrétaire d’État américain Mike Pompeo devant la presse.
« La vérité, c’est qu’il n’y aura jamais de solution judiciaire au conflit, et que les débats sur qui a raison et qui a tort au regard du droit international n’apporteront pas la paix », estime-t-il, assurant qu’il ne s’agit ni d’une ingérence dans la région, ni d’un feu vert à la colonisation. Pourtant, l’occupation de Territoires palestiniens sont jugées illégales par l’ONU et une grande partie de la communauté internationale.

Benyamin Netanyahu, Premier ministre de l’entité sioniste, a aussitôt téléphoné au président Trump pour le remercier de ce nouveau « présent » qui enterre définitivement la solution des deux Etats. Il estime que Washington « répare-là une injustice historique en reconnaissant que son peuple n’est pas étranger en Cisjordanie. »

Cette décision est interprétée un peu partout comme un coup de pouce à B. Netanyahu, qui a proposé d’annexer une partie des colonies de la Cisjordanie occupée, au moment où les partis mènent de difficiles tractations pour former un nouveau gouvernement suite aux législatives anticipées de septembre.
La déclaration américaine intervient à un moment critique, à la fin du délai imparti à Benny Gantz pour former un gouvernement. Et les commentateurs sont unanimes en Israël : cette décision va lui rendre les choses encore plus difficiles. Car dans sa grande majorité, la classe politique israélienne salue en effet cette décision.

B. Gantz, chef de file de la liste centriste Bleu-blanc, a d’ailleurs lui-même félicité le gouvernement américain « pour son importante décision », tout en ajoutant : « Le sort des colonies de peuplement devrait être déterminé par des accords répondant aux exigences de sécurité et promouvant la paix ».

La presse israélienne parle de bouleversement politique géant, de tremblement de terre. « Les colonies sont désormais cachères », affirme un éditorialiste. M. Netanyahu joue sa dernière carte, estime un chroniqueur, et il pourrait, comme promis à la veille des élections, proclamer l’annexion de la vallée du Jourdain.

Réagissant à la déclaration de M. Pompeo, l’Autorité palestinienne l’a jugé nulle et non avenue tout en dénonçant des propos en totale contradiction avec le droit international et des résolutions de l’ONU condamnant les colonies israéliennes.
Une fois de plus, l’administration américaine menace le système actuel en cherchant à «remplacer le droit international par la loi de la jungle», déclare de son côté Saeb Erekat, de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).
À Gaza, la réaction des diverses factions de lutte contre l’occupation israélienne ont fustigé la déclaration US tout en condamnant ce comportement « irresponsable ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.