Un opposant à la présidence de l’État du Malawi ?

Lazarus Chakwera remporte l’élection présidentielle, selon la commission électorale. Est-ce la fin d’une longue bataille électorale ? Avant même la validation de ces résultats, le parti au pouvoir vaincu dénonçait des irrégularités. Mardi, les Malawites étaient appelés aux urnes pour rejouer l’élection présidentielle de 2019, un an après l’élection contestée du président Peter Mutharika.

0 5 475
Un opposant à la tête de l’État du Malawi ?

La commission électorale malawite a validé ce samedi les résultats qui circulaient déjà depuis quelques jours. L’opposant L. Chakwera, vaincu en 2019, est élu président du Malawi avec près de 60% des voix. Il a prêté serment  dimanche.

Mais avant même cette validation officielle, le camp du président sortant dénonçait, quelques heures plutôt, des fraudes. Il y aurait eu des intimidations et autres irrégularités qui rendrait l’élection présidentielle de cette semaine « non concluante », indiquait le parti du président sortant.

C’est donc la suite d’une longue bataille électorale. Car il y a un an, après un premier scrutin présidentiel, le parti de l’opposant L. Chakwera avait saisi la Cour constitutionnelle. La haute juridiction avait alors invalidé les résultats pour cause d’«irrégularités généralisées et systématiques » et  ordonné la tenue d’un nouveau scrutin, celui de mardi. C’est la deuxième fois qu’un pays d’Afrique subsaharienne annule une élection présidentielle. Le Kenya l’avait déjà fait en 2017.

Mais y aura-t-il un troisième scrutin au Malawi ? Le parti du président P. Mutharika a appelé à organiser un nouveau vote.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus