The news is by your side.

Une base US ciblée en Syrie : Les Américains source de plusieurs nuisances…

0 179

Des sources locales dans la province de Hassaké ont déclaré que « de fortes explosions ont secoué la base américaine du village de Kharab al-Jir, situé à 5 km de la ville frontalière d’al-Yaaroubiyah avec l’Irak, à l’aube ce mardi 23 novembre, après la chute de 4 roquettes dont la source est encore inconnue ».
La déflagration puissante des explosions puissantes a été entendue dans toute la région frontalière du nord-est entre la Syrie et l’Irak, ont indiqué ces sources, citées par la télévision libanaise al-Mayadeen.
Immédiatement après l’attaque contre la base US, le ciel de la région a été le théâtre d’un survol intensif d’hélicoptères et d’avions de guerre des forces d’occupation américaines, selon les mêmes sources. Selon la télévision iranienne arabophone al-Alam, l’attaque a coïncidé avec la visite d’une délégation américaine à la base al-Chadadi.
Les sources ont ajouté que « la base de Kharab al-Jir est la deuxième base illégale édifiée par l’occupation américaine en Syrie. Elle a été établie en 2015 après la confiscation de vastes zones agricoles aux agriculteurs du village. C’est une base aérienne qui comprend une piste d’atterrissage des hélicoptères et des avions de guerre. » Elle se situe non loin du champ de pétrole de Rmeilane.
Les bases d’occupation américaines établies dans les champs syriens de pétrole d’Al-Omar et de gaz de Konico dans la campagne orientale de Deir Ezzor et Kharab Al-Jir dans la campagne de Hassaké ont fait l’objet de plusieurs attaques de roquettes au cours des deux derniers mois, au milieu d’un black-out des forces d’occupation sur leurs pertes.
Les forces d’occupation américaines ont établi des bases dans plusieurs zones de l’île syrienne, notamment dans les champs de pétrole et de gaz, pour piller leur production et la faire passer en contrebande vers le Kurdistan irakien, en coordination avec les milices kurdes collaboratrices des Forces démocratiques syriennes (FDS).
L’autre guerre
En parallèle, une autre forme de guerre est aussi à signaler en Syrie. Il en va ainsi du blé d’origine turque distribué par les Américains aux agriculteurs syriens dans la région de Qamichli et dont la culture est invalide, rapporte le ministère de l’Agriculture syrien.
Selon l’agence officielle syrienne Sana, des analyses de laboratoire au ministère syrien de l’Agriculture ont prouvé « l’invalidité des semences de blé d’origine turque, qui ont été fournies par les forces d’occupation américaines par l’intermédiaire de la soi-disant (Agence américaine pour le développement international-USAID) aux agriculteurs dans plusieurs régions de la province de Qamichli ».
Pour Saïd Jaji, directeur de l’agriculture et de la réforme agraire à Hassaké, « il a été constaté qu’elles ne conviennent pas à culture en raison du taux élevé de nématodes, qui atteint 40%, ce qui constitue une menace majeure pour l’agriculture dans la région ». Il a mis en garde les agriculteurs de la province de Qamichli et de la région contre le traitement de ces semences d’origine turque, appelant à les détruire et à ne pas les planter car leurs dommages se poursuivront pendant des années et provoqueront une épidémie des terres agricoles et les retireront des investissements.
Alors que certains sites présentent les nématodes comme étant des vers invisibles efficaces à la destruction des ravageurs des cultures, d’autres à l’instar de Perspectives agricoles mettent en garde contre la culture des semences qui y sont infectés car elles affectent la fertilité du sol et aboutissent à des pertes de rendement.
Les symptômes de la contamination du grain par les nématodes sont un grain plus petit, plus ou moins vide parfois et qui s’écrase finalement après la moisson en produisant un nuage d’une poussière noire fine et légère, peu collante.
La semaine passée, l’ambassade US a publié sur son site officiel avoir distribué quelque 3000 tonnes de semences dans les régions que ses forces occupent, de concert avec les milices FDS au nord-est de la Syrie.
En 2019 puis en 2020, des centaines d’hectares de champs de blé et d’orge ont été incendiés par des partie inconnues dans la province de Hassaké et d’autres zones contrôlées par les Kurdes. Les États-Unis et la Turquie ont été soupçonnés d’être derrière ces feux.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.