Une nouvelle tête chapeaute l’UGTT: Un ouvrier aux commandes

0
A l’issue du premier congrès de l’Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT) depuis 2011 (organisé en décembre 2011 juste après la chute du président Ben Ali), les 547 délégués du syndicat présents ont désigné jeudi 26 janvier 2017, Nourredine Taboubi comme nouveau secrétaire général. C’est la liste de l’ouvrier promu, au fil des années, secrétaire général adjoint chargé du règlement interne au sein de l’UGTT, « Unité syndicale » en l’occurrence, qui a remporté la totalité des sièges du nouveau bureau exécutif. Largement vainqueur face à son principal adversaire Kacem Afia (secrétaire général adjoint chargé des relations internationales), N Taboubi remplace Houcine Abassi, l’homme aux manettes pendant la transition et qui a joué un rôle primordial durant les cinq ans de l’avènement de la démocratie dans son pays et la ratification de la Constitution de 2014. Le nouvel homme fort de la toute puissante centrale syndicale compte réformer l’UGTT en l’ouvrant au secteur privé. Créé en janvier 1946, la centrale tunisienne dont le rôle majeur assumé dans le processus de transition l’avait sacré prix Nobel de la Paix en 2015 (codétentrice de la distinction), tire sa puissance d’une base d’adhérents évaluée entre 500 000 et 750 000 membres.
A noter que pour la première fois, une femme, en l’occurrence Naïma Hammami, fait son entrée dans le bureau exécutif. Aux côtés de Monaem Amira, Anouar Ben Gaddour, Mohamed Ali Boughdiri, Samir Cheffi, Hfaïedh Hfaïedh, Abdelkarim Jrad, Bouali Mbarki, Mohamed Msalmi, Kamel Saad, Slaheddine Selmi, Noureddine Taboubi, Sami Tahri.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus