The news is by your side.

Une société de pétrole US ciblée par des roquettes en Irak 

0 3 234

Le site de la société pétrolière Halliburton à Bassora a été visé par des roquettes ce lundi 6 avril, a confirmé l’armée irakienne dans un communiqué. Elles ont atterri près d’un quartier abritant des travailleurs étrangers dans l’industrie pétrolière irakienne, mais n’ont fait ni dégâts ni victimes.

Le quartier abrite des travailleurs étrangers et des bureaux de sociétés pétrolières étrangères ainsi qu’irakiennes, mais était largement inhabité ces dernières semaines en raison de l’évacuation de presque tout le personnel à cause du coronavirus.

Deux responsables de la société d’État Basra Oil Co. (BOC), laquelle supervise l’exploitation pétrolière dans le sud du pays, ont déclaré que l’attaque n’avait pas affecté les opérations de production et d’exportation. Des sources policières ont déclaré avoir trouvé un lance-roquettes et des roquettes non utilisées dans une zone agricole voisine.

L’attaque n’a pas été revendiquée pour l’instant. La police a déclaré avoir déployé des forces supplémentaires pour mener des opérations de recherche dans la région.

Il faut dire que les intérêts US subissent une forte pression depuis le double assassinat, commandité par Donald Trump, du Général Qassem Soleimani et de son vis-à-vis irakien Al-Mohandis, début janvier dernier. Cette exécution qui s’est opérée près de l’aéroport de Bagdad a donné lieu à des représailles de la part de l’Iran, via une salve de missiles qui ont touché deux bases US en Irak, dont la plus importante Ain Al-Assad. Mais aussi de la part d’autres milices qui relayent le mot d’ordre lancé par le parlement irakien quant à l’expulsion de toutes les forces étrangères d’Irak. 

Si la pression militaire s’exerçait principalement sur l’ambassade US à Bagdad, outre les bases militaires, force est de souligner que l’ire des Irakins cible aujourd’hui aussi les intérêts économiques US. Cette recrudescence des attaques intervient dans un climat politique particulièrement tendu en Irak, où les forces politiques s’entre-déchirent sur la candidature du chef du gouvernement. Mais aussi à l’heure où Washington semble plus désireuse de renégocier les termes d’un nouveau partenariat avec Bagdad. Depuis quelques jours déjà, l’armée US a procédé au redéploiement de ses troupes en Irak en rétrocédant, au passage, plusieurs bases à l’armée irakienne.  

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.