The news is by your side.

Union Européenne-Canada : Fin de suspens pour le Ceta

20
Avec quelques jours de retard et quelque vagues, le traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, le Ceta, a finalement été signé dimanche 30 octobre à Bruxelles, en présence du Premier ministre canadien.
Retardé par de vifs désaccords internes en Belgique, l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne a finalement été signé à la mi-journée à Bruxelles, ce dimanche 30 octobre.
Arrivé peu après midi au siège du Conseil de l’UE, le Premier ministre canadien a été accueilli par un : « Quelle patience ! », de la part du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. « Les choses difficiles sont difficiles, mais on a pu réussir », lui a répondu Justin Trudeau.
Le Premier ministre canadien attendait depuis plusieurs jours que les Européens règlent leurs bisbilles afin que l’accord puisse être signé. A ses yeux, cette entente « fera croître la classe moyenne et renforcera l’économie » canadienne.
Des points d’incertitude demeurent, notamment en ce qui concerne d’éventuels conflits entre des multinationales et des Etats.
Dès lors, il faudra attendre que les 28 Etats européens, ainsi que le Parlement de Strasbourg, ratifient l’entente avant de reprendre les discussions sur les mécanismes d’arbitrage. Le Parlement canadien doit aussi se prononcer sur l’accord, tout comme les Parlements des provinces car l’entente modifie certaines législations en matière de marché public. La signature de ce dimanche marque le lancement d’une longue phase de ratification du Ceta.
Et ce texte n’étant pas tenu pour prioritaire, c’est au hasard des disponibilités du calendrier parlementaire de chaque pays que ce processus s’accomplira. Mais 98% de l’accord entreront en vigueur prochainement de façon anticipée.
Deux questions juridiques restent cependant en suspens : d’abord l’arrêt définitif de la Cour constitutionnelle fédérale allemande et d’autre part, l’avis de la Cour de justice de l’Union européenne qui, à la demande de la Belgique, devra se prononcer sur la conformité du Ceta au droit européen.
Dans les milieux européens on considère plutôt que le Ceta et ses garanties sociales et environnementales constituent le modèle à suivre pour tout nouvel accord commercial européen y compris avec les Etats-Unis.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :