The news is by your side.

Urbanisation galopante : Les maires africains sur la sellette !

19
Des centaines de maires du monde entier se réunissent ce lundi 14 novembre à Marrakech, où se poursuit la COP22 jusqu’à vendredi. Ces élus sont venus échanger leurs idées et réfléchir à des solutions pour mettre en pratique les engagements pris à Paris pour lutter contre le réchauffement climatique. Rien de plus normal puisque les villes sont responsables de 70% des émissions de gaz à effet de serre. Et l’Afrique ne fait pas exception avec les perspectives d’une urbanisation aussi rapide que désordonnée. Les décideurs locaux sont face à un véritable dilemme. D’un côté, il s’agit pour eux d’offrir un accès au logement, à l’eau, à l’électricité, à une population urbaine qui a doublé en l’espace de 20 ans et qui pourrait tripler d’ici 2050. Et de l’autre, préserver le climat, en tournant le dos aux schémas de développement gourmand en énergie des pays du Nord.
Jean-Pierre Elong Mbassi, secrétaire général de l’organisation Cités et gouvernements locaux unis (CGLU) d’Afrique, reste échaudé en évoquant le futur proche. « La croissance urbaine de l’Afrique fait en sorte que les villes africaines vont être un des principaux foyers d’émissions si l’on adopte les mêmes types de comportements vis-à-vis de l’énergie que ceux qui avaient été à l’origine de la montée des émissions dans les pays du Nord, Pour cet urbaniste camerounais, « des villes qui doublent en population et en surface tous les quinze ans, c’est inédit dans l’histoire, c’est pour ça qu’il faut être imaginatif, réfléchir sur des stratégies alternatives et ne pas s’enferrer à poursuivre les mêmes solutions. »
Pour relever ce double défi, le continent ne manque pas d’atouts, il regorge d’énergies renouvelables : solaire, hydraulique. Mais ce qui lui manque encore ce sont les moyens financiers et humains pour innover, mettre sur pied des plans d’urbanisme souvent inexistants et aussi de se doter de plans d’urgence en cas de catastrophe climatique. Si les villes d’Afrique ont peu contribué au dérèglement climatique, elles durement affectée par les calamités naturelles… Les zones côtières d’Afrique de l’Ouest sont en première ligne. Des zones où se concentrent l’essentiel de la population et des richesses des pays concernés. Seule Dakar, capitale du Sénégal, dispose d’un plan climat… Réussira-t-elle à faire des émules ?
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :