Voitures électriques: La Norvège montre l’exemple de la disruption

0 73

 

Les voitures zéro émission (tout électriques et, pour une portion congrue, à hydrogène) se sont arrogé une part de marché de 20,9 % en 2017, tandis que celle des véhicules hybrides (rechargeables ou hybridation légère) a atteint 31,3 %, selon les chiffres du Conseil d’information sur le trafic routier (OFV). Cela fait de la Norvège le leader mondial de l’électrification du transport routier.

Et ces chiffres impressionnants sont en progression : en 2016, les voitures zéro émission et hybrides avaient respectivement représenté 15,7 et 24,5 % des nouvelles immatriculations dans le pays nordique. Sur le marché français, les ventes de voitures 100 % électriques ont représenté 1,2 % des ventes en 2017 et les hybrides 3,8 %. La Norvège, qui est aussi paradoxalement le plus gros producteur de pétrole d’Europe de l’Ouest, s’est fixé l’ambitieux objectif de ne plus vendre de voitures neuves à moteur thermique dès 2025.

Contrairement aux voitures diesel ou essence lourdement taxées, les voitures propres y bénéficient d’une fiscalité avantageuse, voire quasi inexistante dans le cas des voitures tout électriques, rendant leurs prix d’achat relativement compétitifs. Leurs propriétaires bénéficient en outre de nombreux privilèges, tels que la gratuité des péages urbains, des ferries et du stationnement sur les parkings publics, mais aussi la possibilité de circuler dans les couloirs de bus… Avantages durables ? Rien n’est sûr…

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus