WAC: Le pot aux roses de l’acquisition du Complexe Wellness

Le président du WAC, Saïd Naciri, est un hors-la-loi. C’est ce qu’on a découvert dans les statuts d’une société Wydad Athletic Club. Des statuts qui ont déjà été éjectés par le ministère de la Jeunesse et des Sports. Décryptage !

0 9 086
Saïd Nacir, président du Wydad Athletic Club

Pour créer une société à objet sportif en vertu de la loi 17-95, l’association sportive doit être d’abord agréée par le ministère de la Jeunesse et des Sports. C’est la loi 30-09 qui exige cette procédure. Mais Saïd Naciri, président du Comité Directeur du WAC et de sa section football n’entend pas les textes en vigueur de cette oreille-là. 

Le 15 septembre 2017, la Fédération Royale Marocaine de Football a signé une convention avec le Wydad Athletic Club de Casablanca pour ‘’soutenir financièrement la concrétisation d’un projet pour l’acquisition d’un centre clé en main pour en faire un centre de formation de football’’, lit-on dans l’acte de vente validé par un notaire. ‘’Que le centre de formation objet des présentes est un complexe hôtelier et sportif, situé à Douar Ouled Slimane, commune Ouled Salem, province de Nouacer, Casablanca , portant le nom commercial Wellness&Sport Center Morocco.(…)’’ précise-t-on dans l’acte de vente.

Le coût de centre de formation est estimé à 120 MDH comme on l’a fait avec le Raja de Casablanca, le FUS et l’ASFAR. C’est ce que Faouzi Lekjâa avait déclaré il y a quelques mois.

Le 02 avril 2018, S. Naciri adresse une demande au ministre de la Jeunesse et du Sport pour approbation des statuts de la société dite WYDAD ATHLETIC CLUB SA. Une demande qui a vu le refus du ministre de l’époque Rachid Talbi Alami car selon la réponse de ce dernier, la société sportive doit être créée par une association sportive agréée. Et dans le cas du WAC, il a été donné de constater que la société a été créée par S. Naciri en tant que personne physique et qu’il s’est arrogé illégalement le droit d’en être l’un de ses actionnaires. Le ministre a aussi évoqué dans sa réponse à S. Naciri plusieurs vices de forme, y compris l’objet de la société. 

Au lieu de se conformer à la loi 30.09, S. Naciri va emprunter la voie illégale pour acquérir le Centre Wellness au nom de la société illégale après avoir transféré la subvention de la FRMF via l’association sportive du WAC. Comment F. Lekjâa peut-il expliquer le fait que la subvention fédérale allouée au WAC, sans que ce dernier ne soit une association sportive agréée, pour que les fonds soient détournés, en partie et/ou en totalité a une autre personne morale qui n’est pas concernée par la convention entre la FRMF et le WAC en tant qu’association ? Une affaire des plus sulfureuses surtout qu’il s’agit pour le cas d’espèce de deniers publics. 

WAC: Le pot aux roses de l’acquisition du Complexe Wellness
WAC: Le pot aux roses de l’acquisition du Complexe Wellness

L’acte d’acquisition du Complexe Wellness a eu lieu le 6 mai 2019 alors que la demande de l’agrément de l’association du WAC en tant qu’association multidisciplinaire n’a été formulée qu’en septembre 2019. Et, bien sûr, les statuts de la société ne sont même pas approuvés par le ministère de la Jeunesse et des Sports. Dans cette transaction actée par le notaire, on relève que l’acquisition du Complexe a coûté 50 MDH. Et le pompon est que le notaire valide même la signature de Saïd Naciri dont la CIN a expiré le 8 mai 2018 !

Encore faut-il ajouter que la création de la société sportive du WAC n’a même pas été décidée lors de l’assemblée générale du Comité Directeur du WAC, un Comité Directeur qui jusqu’à présent n’a pas été élu en vertu des nouveaux statuts. S. Naciri coiffe la présidence du Comité Directeur de l’association sportive Omnisports et en même temps, président de la section football. Ce que les textes interdisent car le président d’une association sportive multidisciplinaire ne peut servir deux maîtres. Autrement dit, les sections d’une association multidisciplinaire sont présidées par des présidents -délégués nommés par le président de l’association.

Pis encore, le bilan de ladite société du WAC, déclaré le 30 juin dernier, ne comporte pas le bien du Complexe Wellness. Tout comme les milliards reçus par le WAC de la FRMF. Les rapports financiers du WAC FOOTBALL sont muets là-dessus du fait qu’on n’en a jamais fait état. Les finances du WAC sont souvent frappées du sceau des réserves émises par le commissaire aux comptes. Sur les cinq dernières années, pas moins de 70 MDH n’ont pas été certifiés. 

A la FRMF, la reddition des comptes est réduite à l’application d’amendes pour les infliger aux clubs défaillants. ‘’(…) en cas de non-tenue de comptabilité, de comptabilisation irrégulière ou de non reproduction des états comptables et financiers obligatoires.’’ stipule le paragraphe’g’’ de l’alinéa 8 de l’article 37 des statuts de la FRMF. Ce qui est inadmissible car ces manquements ont un caractère pénal et sont indubitablement du ressort de la justice. Surtout qu’il s’agit de deniers publics. Affaire à suivre.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus