generic cialis en france achat de cialis pharmacie lafayette kamagra oral jelly vol 3 lasix 120 mg acheter priligy original acheter cialis professionnel en france livraison rapide ou acheter viagra pas cher pharmacie pas de calais comment acheter du viagra au québec acheter viagra en toute confiance nouveau générique du cialis

Washington et Téhéran passent un deal: Tout se fait en catimini…

Un accord entre l’Iran et les États-Unis a été trouvé sur un échange de détenus, indique la chaîne libanaise Al Mayadeen suivie en cela par la télévision d’État iranienne. Sauf qu’aux États-Unis, on réfute, selon Reuters, un tel arrangement.  

0
Washington et Téhéran passent un deal: Tout se fait en catimini…

La télévision d’État iranienne rapporte qu’un accord a été atteint pour un échange de prisonniers avec les États-Unis. Le reportage de la télévision d’État de ce 2 mai se référait à un responsable anonyme. Ce dernier a déclaré qu’un accord conclu entre les États-Unis et Téhéran entraînerait un échange de prisonniers en échange du déblocage de sept milliards de dollars de fonds iraniens gelés. 

Plus tôt, la chaîne de télévision libanaise Al Mayadeen, qui a cité des responsables iraniens, avait déjà évoqué un accord atteint entre les États-Unis et l’Iran qui consiste en la libération de quatre Américains prisonniers en échange de quatre Iraniens détenus aux États-Unis. En outre, la chaîne a précisé que le déblocage de sept milliards de dollars de fonds iraniens gelés fera également partie de cet accord.

Pour sa part, le porte-parole du département d’État américain Ned Price a nié qu’un tel accord sur un échange de détenus avait été atteint entre les deux pays, rapport Reuters.

L’ambassadeur d’Iran aux Nations unies a déclaré ce dimanche 2 mai que le reportage de la télévision d’État iranienne selon lequel un accord avait été conclu entre Téhéran et Washington pour libérer des prisonniers américains n’a pas pu être confirmé, a rapporté le site d’information du Club des jeunes journalistes iraniens. «La nouvelle de l’accord pour la libération des prisonniers américains [en Iran, ndlr] n’est pas confirmée», a fait savoir Majid Takht Ravanchi qui cite le site, qui est affilié à la télévision d’État. Qui plus est, la télévision iranienne a révélé que l’Irano-Britannique Nazanin Zaghari-Ratcliffe a été libérée après le paiement d’une dette militaire due par le Royaume-Uni à Téhéran. Ce paiement est de 400 millions de livres sterling (460 M EUR). Là encore, aucune confirmation de ces propos n’est disponible dans l’immédiat.

Pour rappel, les négociations sur la relance de l’accord sur le nucléaire iranien, qui ont repris début avril, sont en cours à Vienne. Les États-Unis ont rassuré qu’aucun accord n’avait encore été atteint avec l’Iran durant les négociations sur le nucléaire. Selon Jake Sullivan, le conseiller du Président américain pour la sécurité nationale, les parties ont encore «une bonne distance à parcourir pour combler les lacunes restantes», y compris en ce qui concerne les sanctions. «Nous ne sommes pas encore parvenus à un accord à Vienne, où se déroulent actuellement les pourparlers entre les puissances mondiales et l’Iran. Il y a encore une bonne distance à parcourir pour combler les lacunes restantes, et ces lacunes concernent les sanctions que les États-Unis et d’autres pays vont réduire. […] Et nos diplomates continueront d’y travailler au cours des prochaines semaines pour essayer de parvenir à un retour mutuel au JCPoA, qui est l’accord nucléaire iranien, sur une base de conformité», a expliqué le conseilleur dans son entretien de ce dimanche à la chaîne ABC.

 

Mea culpa de M.J. Zarif

C’est dans ce contexte que le ministre des Affaires étrangères du pays a présenté ses excuses pour avoir accusé le général Soleimani et Moscou d’avoir tenté d’entraver la signature de l’accord sur le nucléaire de 2015. «Je tiens à souligner que mes paroles ne diminuent en rien la grandeur du général Soleimani et son rôle irremplaçable dans le rétablissement de la sécurité en Iran, dans la région et dans le monde. J’espère que le peuple iranien, tous les admirateurs du général Soleimani et surtout ses proches me pardonneront», a-t-il indiqué dans un message publié sur son compte Instagram.

Le ministre avait précédemment déploré la fuite dans les médias de l’enregistrement de sa conversation avec l’économiste iranien Saeed Leylaz, notamment dans le New York Times, et constaté que cette publication avait été transformée en véritable conflit interne. Le Président Hassan Rohani a laissé entendre par la suite que cette fuite visait à semer «la discorde» à Téhéran. 

Certains médias étrangers, dont le New York Times, ont diffusé il y a une semaine des extraits d’une bande sonore sans préciser comment ils l’avaient obtenue et d’où venaient les fuites. Dans les extraits divulgués par le NYT, le chef de la diplomatie iranienne fait l’éloge de Q. Soleimani et révèle qu’en l’assassinant en Irak les États-Unis ont porté un coup dur à l’Iran, plus sérieux que s’ils avaient anéanti une ville entière. Toutefois, il déclare également que certaines des actions du général avaient porté préjudice au pays, citant entre autres son action contre l’accord nucléaire conclu par l’Iran en 2015.

M.J. Zarif y révèle qu’un rôle important dans la politique étrangère de l’Iran et les négociations avec Moscou avait été joué par l’ex-commandant de la Force Al-Qods, branche d’élite des Gardiens de la révolution islamique, tué il y a un an en Irak d’une frappe US.

Toujours selon le journal, il affirme que la Russie ne voulait pas que l’accord aboutisse, car il n’était pas dans l’intérêt de Moscou que l’Iran normalise ses relations avec l’Occident. Dans ce contexte, il raconte que Q. Soleimani s’était rendu en Russie pour empêcher l’accord sur le nucléaire.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

J'ai commencé à avoir des crises de migraine systématiques, alors je me suis rendu à la pharmacie www.europeangeneric.com pour obtenir des médicaments contre le vasospasme cérébral. Les maux de tête s'accompagnaient de fréquentes nausées, de douleurs musculaires, de troubles de la vue, de dépression, de vomissements et de troubles de la coordination des mouvements. Des analgésiques et des médicaments non stéroïdiens bien choisis ont permis de soulager rapidement les symptômes de la migraine et de réduire le risque de complications telles que les crises, les accidents vasculaires cérébraux et les gonflements du cerveau.