The news is by your side.

Israël vit dans la peur : L’Iran et ses alliés peuvent faire très mal…

0 805

Les sécuritaires israéliens les plus pessimistes évaluent à environ 250 000 missiles de différents types dirigés aujourd’hui contre l’entité sioniste. Yossi Bloom Halevi, journaliste du quotidien Maariv, spécifie que ces roquettes sont détenues par l’Iran et les organisations qui gravitent autour de son orbite.
Le journaliste israélien signale qu’environ 3 000 missiles seraient lancés quotidiennement contre les villes, colonies, aéroports militaires, ports maritimes, principaux réseaux routiers, systèmes de contrôle et bases militaires. Cela sans oublier les dépôts de munitions d’urgence appartenant à l’armée de terre, sur lesquelles Israël s’appuiera entièrement dans les combats.
A ses yeux, une attaque majeure contre l’Iran conduira à une contre-attaque dévastatrice qui causera des pertes israéliennes considérables et déclenchera une guerre de grande envergure, conduisant à un scénario d’horreur pleinement attendu.
La chaine israélienne Canal 12 a révélé qu’un rapport d’une société israélienne de cybersécurité Cyberzen a découvert que l’Iran a mené de vastes opérations d’espionnage électronique contre des entreprises importantes, notamment des compagnies aériennes et de télécommunications israéliennes et américaines, et de certains de ses alliés, et a collecté des renseignements sensibles.
Le rapport ajoute que l’Iran a mené ces cyberattaques avec un nouveau type de malware complexe et inconnu, et ce depuis au moins 2018. Les données ainsi pompées concernent des sociétés et dorganisations de communication de datas et de techniques aériennes et d’exploration de l’espace.
Des recherches approfondies ont montré qu’il ne s’agit que d’une partie de l’ensemble de la campagne de renseignement iranienne menée secrètement au cours des trois dernières années. Les Iraniens auraient utilisé le programme Dropbox pour examiner les réseaux internes de ces entités et dérober les informations sans affecter les programmes antivirus ou les autres systèmes de protection.
Selon le rapport, alors que d’autres cyber groupes iraniens se livrent à des actions destructrices contre Israël, cette attaque nouvellement identifiée se concentre sur la collecte de renseignements. Et de conclure que le fait qu’ils aient réussi à rester sous le radar pendant trois ans montre à quel point ils sont complexes. « Nous estimons qu’ils ont pu collecter de grandes quantités de données estimées à des milliers de térabits », révèle les rédacteurs dudit rapport.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.